Angela Marsh was born in 1974 in Montreal, raised in Toronto and has been living in Quebec City since 2008.   She recently completed a Master’s degree in Visual Arts (with thesis) at Université Laval.  She is interested in issues around ecology and feminism, pedagogy and art, and the fostering of the intimate via the presence of nature in the collective imagination.  In 2004, Angela graduated from the Ontario Institute for Studies in Education/University of Toronto with a Master of Arts, with a program focus in aesthetics and art education.  Angela began her studies in visual arts at the age of 17 at Central Technical School’s The Art Centre, in 2000 completed a Bachelor of Arts in Art History from the University of Toronto (minor in Environment and Society), and further developed her art practice at Toronto School of Art and Université Laval.   Angela has exhibited her work in Quebec City, Montreal and Toronto.  

Originaire de Toronto, installée à Québec depuis 2008, Angela Marsh détient une maîtrise en éducation (axée sur les arts), un baccalauréat en histoire de l’art et en environnement et société et une formation diversifiée en arts visuels. Sa démarche artistique est donc orientée dans une perspective interdisciplinaire. Interrogeant les relations entre la condition humaine et la nature, son travail est une réflexion à la fois personnelle et politique, un espace de rencontre entre l’intérieur et l’extérieur, l’invention – comme préoccupation intime – et la réalité.  Elle est étudiante à la maîtrise en arts visuels à l'Université Laval.

Angela est inspirée par l’esthétique de la courtepointe en tant qu’archétype de ses propres valeurs : épargner, garder, reformuler et réutiliser. Cela va à l’encontre de l’impulsion sociétale actuelle de consommer et de jeter.  Cette thématiqueest aussi reliée à ses choix de matériaux. Elle n’utilise que des matériaux usagés pour supports, comme des planches récupérées et sablées comme support pour ses tableaux.  Elle coud aussi des sacs en plastique récupérés afin de réaliser des œuvres sculpturales, où l’espace intérieur devient aussi articulé et formalisé que la présence de la forme.  Le choix conscient des matériaux et de leur usage devient donc une autre facette importante de son lexique artistique et un geste politique en soi.  La relation entre des problèmes socioécologiques  et l'expérience intime sont au coeur de ses projets récents.